Sombre Clair
Laylow

Photo : @antonin.nkruma

Vous l’aurez deviné, on aborde aujourd’hui la carrière d’un des meilleurs rappeurs du digital français, Laylow.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Laylow ou Mr. Anderson, c’est un rappeur qui a développé sa patte artistique à son apogée. En effet, on bascule dans un univers qui vient divertir notre oreille à l’aide de sonorités numériques et électroniques. Laylow utilise l’autotune comme médium pour donner une identité à sa voix.

Pour ma part j’ai découvert ce rappeur sur le clip de “Maladresse” mais depuis j’ai pu explorer sa discographie.

Ses premiers projets

Futuriste

Photo : FLY:D

Son premier EP Mercy est un mélange du Laylow qu’on connaît maintenant et d’expérience sonore variée. On sent que l’artiste se cherche encore. Pour les paroles, on tourne déjà autour des sentiments, la dépendance et l’argent. Ses featurings sont tout aussi intéressants puisqu’il s’agit de Di-Meh, Sneazzy, Wit et Aladin 135 ! L’un de ses sons reste encore présent dans ses concerts et dans le top de ses écoutes, “10“.

Ensuite Laylow garde sa patte digitale mais explore les ambiances des cocotiers et du soleil couchant dans Digitalova. Un énorme feat est présent avec Jok’air, il s’appelle “Gogo“. Très influencé par les Etats-Unis, notre rappeur prône l’ambition et aime la luxure.

Cependant, Laylow garde cette part d’ombre en lui qu’on retrouve dans .RAW. On revient à la ville et le bitume. On le sent froid et motivé en même temps. Un seul feat, son fidèle acolyte, Wit. Il refoule ses sentiments pour les poser d’une plume adroite sur ses textes.

On arrive à son dernier EP sorti, .RAW-Z. Les prémices des recherches sonores sont là. On cherche à poser une ambiance qui donne encore plus d’épaisseur aux morceaux. Pour vous parler de “Maladresse“, l’un des sons du projet, j’avais été fasciné à l’époque par la recherche visuelle. En effet, on est dans un mélange urbain et numérique sur les humains, ils ont des vêtements modernes et des modifications futuristes de leur corps.

Son premier album

Laylow-Trinity

Des grosses basses qui tabassent, Trinity est là : son premier album en chair et en métal. C’est une véritable aventure sonore, on ne sait pas si on écoute un album où l’on vient de lancer un jeu vidéo. Ambiances sombres et mélancoliques, on rentre dans la tête d’un homme perdu. Les désirs sont source de joie ainsi que de souffrance, c’est ce que Laylow essaye d’exprimer sur son amour digital. Notre rappeur aborde aussi le sujet du racisme qui lui colle à la semelle. Des interludes sont présentes pour nous garder en haleine sur l’univers du projet.

Il est très bien accompagné par :  S.Pri Noir, Alpha Wann, Jok’air, Lomepal et Wit. Je vous conseille tout le projet mais il y a un son qui vient proposer une réelle expérience auditive : “…De bâtard” en feat avec Wit. C’est plus qu’une musique mais une histoire comme un livre audio pour utiliser l’imagination de l’auditeur, et c’est très bien fait. On ressent la haine et le dégoût des personnages.

Suite à son album Laylow commence à tomber dans les cœurs de ceux qui n’arrivaient pas encore à le comprendre. Mais ce n’était pas assez pour notre rappeur accompli…

La révélation

L'étrange histoire de Mr Anderson

Photo : JJ Shev

Été 2021, L’Étrange Histoire de Mr. Anderson sort et le tsunami est là. 51 minutes d’un projet sonore complet. On suit les choix de vie de Laylow lorsqu’il était plus jeune, avant que sa musique se développe. On ne distingue même plus les transitions entre chacun des sons. Ne vous inquiétez pas, vous pouvez écouter les sons individuellement aussi mais ce n’est pas l’objectif. Les regrets, la rage et la recherche personnelle du jeune rappeur sont détaillés. Les sonorités sont originales, entre pianos sentimentaux et 808 surpuissantes, on comprend Mr. Anderson. Encore une fois les sujets sont divers, on aborde la richesse comme idyllique mais aussi la maltraitance des femmes et le racisme dans la police comme des sujets importants à traiter pour Laylow.

Pour cet album des invités de luxe sont présents : Damso, Hamza, Wit, Alpha Wann, Nekfeu, Foushee ou encore le rappeur anglais Slowthai. Si vous écoutez du rap, vous avez obligatoirement entendu un de ces feats. Pour ma part, j’ai eu un coup de cœur pour “Voir le monde brûler“. Boom bap mélodique qui met en valeur un texte sur les erreurs de Laylow lors des évènements de sa vie, qu’il remet en question. Cet album est une œuvre d’art, chaque élément est une pièce d’un puzzle d’une grande beauté.

Les collaborations

En dehors de ses projets personnels, notre artiste se balade et crée des hits comme “Brûle” avec Josman, “.Raw Spleen” avec Jazzy Bazz, “Démons” avec Joanna ou encore “Film Fr” avec Slimka. J’en oublie bien sûr mais je pense que ce n’est pas fini…

Le futur

Que nous réserve Laylow ? C’est difficile pour un artiste de garder son identité musicale quand on devient connu sans tomber dans la musique dite “commerciale”, celle qui plaît au plus grand nombre d’auditeurs. On ne peut que souhaiter à notre talent pur de s’épanouir et d’expérimenter pour nous proposer un nouvel album fidèle à lui-même…

N’hésitez pas à aller voir ce qu’on propose sur Instagram à travers les nouveaux artistes prometteurs et ceux déjà installés, merci de votre soutien !

Gwévenn Guenard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires